justice 1

Le changé, d’Olonne, il se penche sur la cause de la mauvaise exécution de la station d’épuration de Castro-d’Olonne

J'ai regardé dans l'atrium des défauts dans l'administration de la station d'épuration de Castro-construction d'Olonne
J’ai regardé dans l’atrium des défauts dans l’administration de la station d’épuration de Castro-construction d’Olonne (© Fotolia)

Les Quakers ont changé d’agglomération d’Olonne a demandé à un tribunal administratif ce vendredi 7 juillet 2021, de condamner les différentes entreprises impliquées dans la construction du traitement des eaux usées du Plessis-Petit, avant le lever du soleil, et en 2003 devenues un problème de mauvaise qualité de fabrication des équipements.

Et, en effet, il est certain que l’agglomération 1,5 million d’euros le montant des travaux que nous entreprenons pour réparer les bassins de rétention des eaux usées «décollement» et résines et une «limitation» du béton.

Baume pour les « autres » pour « protéger » les ateliers sont des bactéries « fumée d’acide sulfurique » propagées par le biais de l’audition publique Rapporteur sur les eaux usées a expliqué.

Dans ces conditions, les coûteux «effluents pour contourner le système» – également appelé «bypass de prétraitement» – qui doit être mis en place dans la ville urbaine à l’image de cette pauvre embarcation sont en 2013, soit à peine cinq. En Ces dernières années, le petit châssis de traitement des eaux usées a mis en service une usine.

Explorer la « décision malheureuse »

Mercredi, le rapporteur public – des juges dont les avis suivent souvent – un peu les communes de l’ancienne ville d’Olonne (CCO) de toute leur culpabilité dans cette affaire.

« Ce n’est pas une lettre que le dossier que le pouvoir adjudicateur serait recouvert de dalle de béton et les cuves de rétention » avait expliqué. De même, à cet égard, l’exploitant de la station d’épuration Château d’Olonne – la Société – n’a pas contribué à la perte.

D’autre part, et estime que l’OTV, pour les amener avec lui, car ils étaient dans une filiale, Veolia, qui, dès la construction de la station d’épuration, est « la décision malheureuse » un « recours pour décider de la protection de la résine » dans la « fosse d’acide saturé dans l’offre ». En outre, entre autres, aux entreprises qui ne se sont pas opposées. « 

Le rapporteur public paie donc 60%, on estime que l’entreprise sera la dernière étape. Le cabinet d’études Marc Bourgeois, Merlin et le cabinet assisté OTV devront payer les 40% restants.

1,1 million d’euros d’ultricies?

Le montant des dommages que constitue l’agglomération indemnisable soit activé à 1,1 million d’euros; 400 000 € dans la crise dépliée, «obsolescence» Les stations d’épuration ont déjà été drainées coefficient d’une forme défectueuse des cinq premières années de protection.

Le travail de réparation et a permis d’atteindre la « valeur ajoutée » par rapport au cahier des charges initial. Tout ce qui n’a pas le sens de l’alliance se montre, malgré leur « je me souviens ».

A ce stade, l’avocat des juges de l’agglomération d’Olonne a changé et invité à ne pas suivre les conclusions du rapporteur public. ‘L’expert a dit, c’est que les sentiments de la masse de la résine de la douce et 1040 étaient les garnisons de 170 m2, avec seulement la différence du spécifique, qui est une estimation était, et il a pu accéder de tous les côtés , en raison de la présence de la dalle. Dit de façon réaliste. « Il a également ajouté qu’il est incontestable que la surface dépasse 200 m2. »

Les avocats des autres sociétés étaient également présents à l’audience, mais ont principalement mis fin à leurs observations écrites. Le tribunal administratif des Quakers, qui a réservé son jugement, lui a conseillé de payer un mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *