20210319 100930 nice night view with blurred

Nice créera une forêt urbaine en centre-ville

À Nice, le projet choquant du maire LR Christian Estrosi visant à élargir le couloir vert vers le centre-ville a détruit le théâtre national et le centre de conventions Acropolis par un au cours de l’année prochaine. « Forêt de la ville » Sur plus de 13 hectares, il est désormais en bonne voie d’ici fin 2025. Très en vogue en période de réchauffement climatique, ce projet de revitalisation de la ville, candidat à un financement gouvernemental dans le cadre du plan de relance, a franchi une première étape avec la finalisation de l’appel d’offres de consultants. Architectes paysagistes. Le gagnant sera sélectionné parmi cinq personnes sélectionnées au cours du dernier trimestre.

Coût des travaux: 75,6 millions d’euros, comme indiqué dans l’appel d’offres qui regroupe plusieurs opérations d’agrandissement de la Promenade du Paillon sur huit hectares, nom du couloir vert existant inauguré en 2013 par Christian Estrosi et par les célébrités niçois.

Un projet surprise

Le maire de droite a créé la surprise en annonçant ce projet en janvier 2020 au début de la campagne électorale qui a conduit à sa réélection. En France, plusieurs communes écologiques ont lancé des programmes de revégétalisation, mais ils sont préférés « Mini forêts ». A Nice, l’opposition a critiqué le projet. Le Rassemblement national les a dénoncés « travail répétitif et massif » que la nouvelle ligne de tram viendrait après le chantier coûteux de fin 2019.

La gauche a accusé le maire de ne pas être intéressé « déplacer cela sur la façade de la ville et le béton à l’ouest » – Référence à l’Écovallée de l’Opération d’Intérêt National (OIN). « Vos projets pharaoniques étaient discutables avant même la crise sanitaire. Maintenant que notre ville est désespérée, ils ne sont plus acceptables! Ils nous sont redevables depuis des décennies et contribuent au changement climatique. », a lancé l’élue EELV au conseil municipal, Juliette Chesnel-Leroux.

Refroidissement très limité lorsqu’il est sec

« C’est très bien de planter des arbres, ça rafraîchit les villes, ça réduit la pollution. Seulement il faut être très vigilant. »Le géographe Philippe Rossello, membre du groupe d’experts régionaux sur le climat dans la région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur (Grec-Sud), met notamment en garde lors du choix de l’espèce. « Si la sécheresse estivale s’aggrave avec le changement climatique, l’évapotranspiration des arbres est faible, tout comme le refroidissement. », prévient-il.

Le long de la vieille ville de Nice et sur une dalle qui entoure la rivière Paillon, vous pouvez vous promener sur la Promenade du Paillon depuis la mer jusqu’au Théâtre National de Nice (TNN). Il offre un pendant bordé d’arbres à la Promenade des Anglais le long de la Méditerranée. L’expansion de cet espace vert doit « Offrir un espace de vie de qualité et paisible avec moins de bruit, moins de pollution, l’extinction des appareils devenus inappropriés en raison de leur impact visuel et leur positionnement – théâtre national et centre de congrès – et des façades restaurées. »souligne la mairie.

Démolition de plusieurs bâtiments publics

Le bâtiment TNN de 1989 est en cours de démolition « Début 2022 », puis dans « Décembre 2022 » L’Acropolis Convention Center de 38 000 m2 a été rénové il y a dix ans pour accueillir 6 000 délégués. Ce dernier sera reconstruit à l’entrée de la ville près de l’aéroport. La bibliothèque centrale et le parking sont maintenus sous le jardin, ainsi que le musée d’art moderne et contemporain (Mamac). Christian Estrosi avait initialement annoncé la démolition de deux hôtels, sans prévenir sur le projet, ce qui a finalement signifié « fera tout son possible pour s’intégrer dans le nouveau paysage »a déclaré Pierre Messe, directeur du Novotel. Le théâtre restaurera une petite salle dans un ancien couvent du Vieux Nice, où les travaux retardés par la crise sanitaire devront être achevés de janvier à février 2022. Pour la grande salle, la date limite est postérieure, 2024 ou 2025.

À Paris, le candidat de courte durée En Marche Benjamin Griveaux avait une proposition similaire pour en créer un « Paris Central Park » et « planter une forêt » en dynamisant la Gare de l’Est avec une facture de 1,5 milliard d’euros. La mairie du PS réélue préfère augmenter le nombre de mini-forêts urbaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *